LES BABADINES. Bilan 2017 - perspectives 2018

  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Fabrice Dont, responsable des Babadines
Fabrice Dont

" L'humain est essentiel au fonctionnement des Babadines "

2017, c'est l'année de naissance des Babadines. Comment s'est déployé le lancement de ce nouveau concept d'habitat partagé, quel bilan pour les premiers mois de vie et quelles perspectives pour 2018 ? Rencontre avec Fabrice Dont, responsable des projets Babadines.


2017 : premier bilan après 6 mois d'ouverture

2017 c'est la naissance des Babadines !
L'année a été marquée par de gros travaux d'aménagement avant l'ouverture au mois de Juin.
La validation des Babadines par la Commission Sécurité fut également une grande étape dans le processus d'ouverture.
Puis est arrivé l'heure du lancement notamment au travers de la communication pour se faire connaitre : le tournage d'une vidéo de présentation, les relations avec la presse et une journée portes ouvertes-inauguration en novembre.
La première locataire est arrivée en juillet et la mise en place de nos équipes 24/24 a été effective à ce même moment, tout comme la coordination médicale en relation avec les professionnels de santé (médecins, infirmiers, kinés, ...).
Le mois de septembre a été marqué par l'ouverture de la micro-crèche les P'tits Babadins au rez-de-jardin qui a lancé les premières activités du projet intergénérationnel.
" Au bout de 6 mois, le taux de remplissage était de 57%. Et le taux de satisfaction de 100% ! Chaque nouveau locataire s'est très rapidement adapté au lieu et toutes les familles considèrent avoir fait le bon choix pour leurs ainés " précise Fabrice.
Pour lui, les objectifs fixés pour 2017 ont largement été réalisés et surtout, l'esprit pensé et imaginé pour ce lieu est en marche : une pension de famille de petite taille basée sur l'humain et le lien social.

2018 : transformer l'essai de Clamart et développer le concept.

En février 2018, le taux de remplissage est de 75%. Le sentiment d'appartenance et de bien-être tant voulu poursuit également son ascension, tant du coté du personnel que des locataires et de leurs familles. " D'ici le printemps les Babadines devraient afficher complet " ! nous indique Fabrice.
En 2018 une deuxième Babadines ouvrira ses portes à Bourges. " Le concept est un peu différent puisqu'il s'agit de 20 habitations pavillonnaires ". Ce nouveau format devrait lancer le développement des Babadines en province.
En milieu urbain et à l'image des Babadines de Clamart, 2 projets sont à l'étude à Saint-Germain en Laye et à Louveciennes en Ile de France.

Le lien social au cœur du bien-être des locataires

Ici aux Babadines les locataires sont très demandeur de lien social. " L'humain est essentiel au fonctionnement et c'est notre vraie valeur ajoutée ! " souligne Fabrice. Les auxiliaires travaillent en toute confiance avec les locataires. Elles passent du temps avec eux, sont à l'écoute, les motivent, les stimulent et répondent à leurs attentes et à celles de leurs enfants.
" Humainement c'est très riche, on s'attache aux locataires, on les aide dans la mesure du possible tant humainement que médicalement " explique Fabrice.

Une équipe soudée et attentionnée

" Au contact de l'équipe, j'ai appris que le métier d'auxiliaire de vie est un métier difficile. Plus qu'un métier, c'est un engagement, une vocation qui nécessite beaucoup d'amour et d'affection, de présence, d'accompagnement et de courage " insiste Fabrice avant de poursuivre " Avec Antonine la régisseuse et Christine l'animatrice, nous adaptons l'accompagnement de nos locataires en fonction du niveau de dépendance propre à chacun. Nous cherchons toujours à trouver le bon équilibre pour satisfaire tout le monde. "